Détentrice d’un baccalauréat en gestion des ressources humaines, je m’intéresse plus particulièrement à la gestion de carrière. C'est pourquoi, j'ai poursuivi une maîtrise en orientation à l'Université du Québec à Montréal. Je suis membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec et j’œuvre dans le domaine de l’orientation professionnelle depuis 2001. J’ai d’abord travaillé à Emploi-Québec et ensuite pour la Commission scolaire des Chic-Chocs où j’ai implanté l’approche orientante dans plusieurs écoles en Haute-Gaspésie. J’y ai impliqué des élèves et des enseignants dans un projet d’exploration des métiers qui a remporté le Prix de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans la catégorie innovation pédagogique.

La diversification des choix de carrière est un dossier qui me tient à cœur. Ceci m’a amenée à coordonner plusieurs projets en ce sens et mon travail fut reconnu par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

J’exerce en pratique privée depuis 2005 et je travaille également au Carrefour jeunesse-emploi de Rimouski.

Mon approche

C'est suite à une discussion avec Louis Cournoyer, professeur à l’UQAM et inspirée de Michèle Roberge, auteure du livre Tant d’hiver au cœur du changement, que j’ai saisi l’importance de livrer mes croyances.  De cette façon, vous pouvez alors comprendre où je veux en venir et sur quoi je me suis basée pour développer ma pratique en orientation professionnelle.

Tout d'abord, je crois en la bonté de l’être. Je crois en William Glasser et en des interventions basées sur l’ici et maintenant.  Je crois en Jean Montbourquette et au fait que chaque personne a une mission à accomplir. Je crois en Édouard Zarifian, psychiatre, dont les méthodes préconisent davantage l’intervention humaine que la prise de médicaments.

Je crois en l’évolution de l’homme, à sa quête et à sa transformation via différents apprentissages. Je crois aux étapes de vie, aux saisons décrites par Michèle Roberge, aux années qui passent et ne se ressemblent pas. Je crois que chaque être humain possède un rythme et une fréquence qui lui sont propres et qui méritent le respect. 

photo1

Je crois que chaque être est intelligent et je crois en Howard Gardner qui a développé la théorie des intelligences multiples. Pour moi, la chance est une bonne préparation devant une bonne occasion. Pour être bien préparé, on doit varier les situations d’apprentissage, ce qui permet à un plus grand nombre de personnes de faire l’acquisition de connaissances avec lesquelles elles pourront faire leur propres choix et leurs propres constats. Je crois, tout comme Paolo Coelho, que la meilleure façon d’apprendre, c’est par l’action et que pour apprendre, il faut être motivé.

Je crois que le rêve est le moteur de la motivation. Je crois que les rêves peuvent devenir réalité. Je crois en l’utopie. En fait, l'utopie se situe aux frontières de la réalité et du rêve. Croire en l’utopie, c’est lui redonner sa signification première, celle d’un heureux effort de l’imagination pour explorer et se représenter le possible.

Finalement, je crois qu'il est possible de réaliser ses rêves en effectuant des changements dans sa vie.

Alors, pour ce faire, mon approche est basée sur les travaux de William Glasser. Celui-ci croit qu'il est essentiel d'éliminer toute forme de blâme, de critique et de contrainte. Dans ce contexte, nous travaillons à découvrir les valeurs les plus importantes pour le client pour ensuite réaliser des actions en lien avec celles-ci. J'utilise des questionnaires portants sur les intérêts et le type de personnalité. Je préconise l'utilisation de portfolio et nous travaillons en pleine consciente pour mettre l'accent sur les besoins de la personne afin de l'aider à exploiter son plein potentiel.